LE TRAIN

ENGLISH VERSION

En panne d'essence...

Lorsque Marty arrive en 1885 à bord de la DeLorean, il est pourchassé par des indiens. L'une de leurs flèches atteint le réservoir d'essence, ce qui le vide rapidement du précieux carburant. Et comme l'explique Doc Brown : "Bien sûr, sans essence, la voiture n'atteindra jamais les 88 miles à l'heure !" (88 mph = 141,6 km/h)

Que faire ?

Pour faire aller la DeLorean à une telle allure, peu de solutions sont envisageables en 1885 :

_ La faire tirer par des chevaux : impossible. Même le cheval le plus rapide du monde ne dépasse pas les 24 miles à l'heure.

_ La faire dévaler une pente à pic : impossible. Il n'existe aucune surface assez plane.

_ Remplacer l'essence par une liqueur qui arrache : mais comme Doc et Marty vont s'en rendre compte, "pour arracher, ça arrache." Rien de tel pour faire exploser l'injection d'essence !

La solution : le train

Le train est à l'époque la machine la plus rapide sur Terre. En effet, l'avion n'est pas encore inventé et les autres moyens de transport arrivent loin derrière en ce qui concerne la vitesse de pointe.

Cependant, rien n'est gagné d'avance puisqu'en 1885, personne n'a jamais réussi à faire monter une locomotive à une telle vitesse.

Comme le dit le conducteur du train, la vitesse de croisière d'une locomotive tirant plusieurs wagons est de 50 mph (80,5 km/h). Selon lui, un certain Frank Laflèche Fargo serait monté jusqu'à 70 mph (112,6 km/h). En ce qui concerne les 90 mph, il faudra en réalité attendre 1890, en France, pour qu'une machine Crampton batte le record de vitesse à 144 km/h entre Montereau et Sens.

L'exploit envisagé par Doc et Marty (i.e. atteindre les 88 miles à l'heure avec la locomotive) est donc réellement possible, comme l'a prédit le chauffeur du train.

Retour vers le futur

Lorsque Marty retourne en 1985 par les rails, la DeLorean est tout de suite détruite par un train qui arrive en sens inverse. Il semble alors qu'il n'y ait plus aucune possibilité d'aller rechercher Doc qui est resté avec Clara en 1885. Mais c'est sans compter sur l'ingéniosité du génial inventeur qui revient le même jour à bord d'une nouvelle machine à voyager dans le temps : une locomotive.

On apprend par la suite qu'il est déjà allé dans le futur pour faire procéder à la hover-conversion de la machine. Cette dernière peut désormais voler !

Cette dernière partie de la trilogie pose de nombreuses questions sur la provenance de cette locomotive et sur la façon dont Doc s'est débrouillé pour la transformer en engin capable de voyager dans le temps, avec les moyens de l'époque.
On peut tout de même remarquer que le convecteur temporel est toujours indispensable : sur cette photo, on peut voir le triangle caractéristique de l'appareil (en orange) qui trône devant la cheminée. Autre chose amusante : les portes de la cabine s'ouvrent comme celles de la DeLorean !

 

Retour au menu